AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On a tous droit à une seconde chance. {Jules}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité



MessageSujet: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 17:47



Jules Obkins
Marie Avgeropoulos - Feu de la passion

   
Je m'appelle Jules Obkins mais bien souvent on me surnomme Jules. Je suis née le 3 Mars 1988 à Wicklow en Irlande, et donc j'ai Vingt sept ans. Il se trouve que je suis Irlandaise puisque ma famille est irlandaise. J'exerce le métier de chômeuse. Je viens de sortir de prison.. Côté coeur je suis attiré par les femmes et cela depuis très longtemps et célibataire .

   
Un esprit sain dans un corps sain? Elle est sûre d'elle. Du moins, c'est ce qu'elle dégage. Elle souffre d'un réel manque de confiance en soi. Une confiance qu'elle a trouvé dans la cocaïne. C'est pourquoi arrêter est si difficile. Il n'y a que lorsqu'elle est défoncée qu'elle a l'impression d'être sûre d'elle. - Jules, c'est quelqu'un de sincère et de franc. Elle ne triche jamais. Elle dit ce qu'elle pense, quand elle le pense. Parfois, cela lui cause des ennuis mais c'est ainsi. Elle est vrai. Elle n'a jamais su faire semblant. - Elle est orgueilleuse, sûrement trop. Elle a beaucoup de mal à pardonner. Pourtant, elle aimerait parfois que les gens lui pardonnent ses erreurs. - Elle rêve de reprendre contact avec sa petite soeur mais elle est morte de trouille. Tout simplement parce que Jules a toujours été comme ça. Elle a peur. Souvent. Elle peut parfois être lâche car sa peur de l'échec est bien trop grande. - Elle est plutôt du genre à s'auto détruire. Quelque chose qu'elle fait depuis qu'elle est gosse et l'idée même de devoir se battre pour aller mieux est compliquée. C'est tellement plus facile pour elle de se faire du mal.  
Que pensez vous de la ville? Et plus largement, de l'Irlande? Jules elle s'en fout de cette ville et même de ce pays d'ailleurs. Elle est née ici. C'est tant pis ou c'est tant mieux. Pour elle, ce n'est pas une ville qui créer ce que l'on est. C'est la génétique, l'éducation. Et pour ça, elle n'a pas eu de chance. Résultat, vivre ici ou vivre ailleurs n'a pas tellement d'importance. Elle vient de sortir de sept ans de prison de toute manière alors elle n'a pas réellement pu profiter des plaisirs de la ville.

   Avez vous déjà commis un délit ou crime ? Avez vous déjà été victime d'un délit ou crime ?Jules vient de faire sept ans de prison car elle est responsable de la mort de son frère jumeau. Conduite en état d'ivresse et sous stupéfiant. Cela ne pardonne pas. Condamnée à dix ans de prison, elle vient seulement d'avoir une libération conditionnelle.   

   Le Maire Blackstone a imposé une nouvelle politique concernant la réinsertion de détenus, ça vous inspire quoi, vous? C'est génial. Du moins, c'est ce que pense Jules. Elle trouve ça super qu'un homme politique sur cette terre se préoccupe du sort de ses détenus, de ces personnes trop souvent laissées de côté. Seulement, Jules elle n'y croit pas. Pour elle en tout cas. Elle le sait, ça ne marchera pas. Elle n'a jamais été fichue de réellement changer de toute manière. Elle replongera. Elle repartira en prison. C'est une évidence, peu importe les efforts de ce maire pour changer les choses. Il croit aux miracles, c'est bien mais c'est peine perdue.

   Vous sentez vous en sécurité dans la ville? Non. Jules n'a pas peur des autres. Elle a peur d'elle même. Et cette ville, elle est pleine d'opportunité. L'appel de la drogue est omniprésent dans cette ville où elle a grandit. Néanmoins, elle le sait, cela serait sûrement la même chose dans une autre ville finalement.

   Est ce que vous voterez pour Richard Blackstone aux prochaines élections municipales? Elle n'en sait rien et elle s'en fiche finalement. Elle n'a pas le droit de voter pour le moment. Il faut qu'elle attente la fin de sa condamnation. C'est à dire dans trois ans. Alors pour le moment, c'est le dernier de ses soucis.  

   
De l'autre côté de l'écran je suis une fille de 25 ans et j'ai découvert le forum sur bazzart. J'ai choisi d'incarner Marie Avgeropoulos et c'est un personnage inventé. Le groupe que je souhaite rejoindre est le feu de la passion. Le code du règlement est Cia est passée et pour terminer Il est parfait ! .

   
(c) code by kusumitagraph' | lorelei sebasto cha
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 17:48


Vous savez c’est agréable de célébrer, mais je ne suis pas fier de ce que j’ai fait. Et j’ai beaucoup de rattrapage à faire envers vous tous. Mais il est rare d’avoir une seconde chance n’est-ce pas ? Alors ça vaut la peine de le célébrer, pas vrai ?

   

Prologue :

« If I was gay, I would think hip-hop hates me, have you read the YouTube comments lately. Man, that’s gay" get dropped on the daily, We become so numb to what we’re saying… » La chanson de Malcklemore sortait des écouteurs branchés à son Iphone, son corps était à présent, comme possédé par cette façon qu’elle avait de bouger. Elle ne contrôlait plus aucun de ses mouvements, ils n’obéissaient qu’à une seule règle, celle du rythme imposé par Malcklemore. La danse faisait partie d’elle depuis tellement longtemps. A croire qu’elle avait su danser avant de savoir marcher. Elle était là, les yeux fermés, son esprit sur pause dans ce vieil entrepôt où elle avait pris l’habitude de danser depuis plusieurs années. Pour y accéder, il suffisait d’escalader une simple barrière en métal. Cela ne l’avait jamais arrêté, pas même lorsqu’elle faisait moins d’un mètre soixante-dix. C’était son endroit. Le seul qui lui appartenait encore. Personne n’avait réussi à le souiller, à l’en déloger. Elle ne s’était jamais sentie aussi bien que dans ce lieu. C’était ici qu’elle pouvait ressentir la musique aussi fortement qu’en ce moment même. Cet entrepôt était sa scène et elle était son artiste. Cette danseuse qui donnait une vie à cet endroit sans âme. Elle battait la mesure de chaque note avec différentes parties de son corps. Sa tête, ses bras, ses jambes… Elle virevoltait sur elle-même, tête à l’envers ou en l’air. Elle avait toujours eu cette capacité à faire de chaque partie de son corps ce qu’elle désirait. Sa souplesse dépassait celle de la plupart des gens sur cette Terre. Le Hip Hop lui avait appris à aimer son corps, à l’accepter. Elle avait appris à le connaître, à s’y opposer en le faisant souffrir pour une nouvelle figure qu’il était pourtant persuadé de ne pas pouvoir réaliser. Finalement, elle gagnait toujours. Aujourd’hui, il était totalement dépend d’elle et des trois cents cinquante-six musiques, téléchargés, pour certaines de manière illégales, qui se trouvaient maintenant sur son Iphone. La fin de la chanson se faisait ressentir. Le son qui pénétrait toujours dans ses oreilles avait légèrement baissé. Ses yeux s’étaient ouverts, regardant ce lieu qu’elle connaissait par cœur. Elle a retiré ses écouteurs rapidement, attrapant la bouteille d’eau près du troisième poteau en acier. Un sourire est apparu sur son visage, enfin elle était libre. Enfin elle retrouvait cet endroit qu'elle avait toujours aimé.  

Chapitre 1 : Cocaïne.

10 ans plus tôt…

« Tu peux le faire Jules. Tu peux résister à cette merde. Montre leur que tu es plus forte qu’ils ne le croient », se répétait elle a elle-même pour se donner du courage.
Foutaise ! pensa-t-elle. Elle n’avait jamais pensé avoir le moindre courage. Depuis toujours, elle se croyait lâche, se contentant de regarder sa vie défilé sous ses yeux, sans être capable de lui donner la « bonne » direction. Même le Hip Hop avait fini par la laisser tomber. Ou, peut être que c’était elle qui l’avait fui ? Peu importe la raison, il ne faisait plus parti de sa vie. Elle avait le sentiment d’être un simple déchet, vêtu d’un sweet à capuche et d’un baguy trois fois trop grand pour elle. Elle donnait l’illusion d’avoir encore un semblant de style. En réalité, plus rien n’avait réellement d’importance dans sa vie, ni la danse, ni le look qu’elle pouvait avoir. La seule chose qui comptait, c’était cette ligne de cocaïne parfaitement alignée sur la table devant elle. Issac la fixait, jouant entre ses doigts avec un billet de vingt, enroulé sur lui-même qui attendait de servir de petit tuyau entre les narines de Jules et cette poudre blanche, objet de son obsession. Elle tentait par tous les moyens de ne pas la regarder. "Vas-y Jules, nous savons tous ici que tu en meurs d’envie." Elle n’a pas regardé son interlocuteur. Il avait raison. Issac, la connaissait il si bien ? Impossible. Cependant, il savait pertinemment quelle sensation procurait la cocaïne lorsqu’elle pénétrait à l’intérieur de leur nez. Il savait aussi qu’elle les rendait puissant, infatigable, sûr d’eux. Du moins, lors des premières heures. La « descente » était toujours moins marrante. Il faut croire qu’ils l’oubliaient vite. Ce sentiment que Issac aimait tant, Jules le connaissait aussi. Pendant un an, elle avait fréquenté ce type et de ses potes. Issac et ses acolytes étaient les dieux de la cité dans laquelle elle avait grandi. Elle avait quinze ans quand Des types du quartier lui avaient conseillé de trouver Issac. Il n’était pas difficile à repérer. On lui avait assuré qu’il aurait quelque chose pour lui faire du bien. Elle voulait un truc fort. Un truc qui lui ferait oublier la vie merdique qu’elle vivait, au moins quelques heures. Jules venait de passer huit ans à voir sa mère se battre avec un cancer du poumon qui aura finalement eu raison d’elle. Peut-être qu’elle voulait aussi oublier que son père était un alcoolique incapable de penser à autre chose qu’à la dose d’alcool qu’il ingurgitait, toujours plus importante. Issac avait été comme un héros. Il avait trouvé la solution magique qui laissait croire à Jules, qu’elle pouvait pendant quelques heures cesser de penser à sa vie pourrie. Sans prendre la peine de regarder l’homme à sa droite, elle a attrapé le billet qu’il tenait entre ses doigts. Elle a joué, à son tour, quelques secondes avec celui-ci, réfléchissant à une façon de mettre fin à cette dépendance qui rongeait son corps depuis un an. A quoi bon lutter ? Elle se sentirait tellement mieux après. Elle a penché doucement sa tête en direction de la table, ses longs cheveux raides et bruns, tombant sur sa poitrine. Elle a finalement approché ce petit billet de la ligne blanche et a collé sa narine droite de l’autre côté du « tuyau ». Elle a exercé une légère pression sur son autre narine avant d’aspirer fortement et d’une seule traite jusqu’à ce que la marque blanche sur la table ait totalement disparue. C’était bon, tellement bon. Cela faisait trop longtemps qu’elle n’avait pas ressentie cette sensation. Trois mois, peut-être plus encore. Son corps est légèrement parti en arrière, s’appuyant d’avantage dans le vieux canapé troué par les brûlures de cigarettes que Issac avait fait installé dans sa cave comme pour en faire un petit salon où il était bon de passer un moment. En réalité, Jules détestait cet endroit. Elle avait toujours trouvé que cette cave puait. La drogue, l’alcool et le sexe. Deux canapés étaient posés de chaque côté, une table basse en bois au milieu des deux, trois tabourets entassés pour pouvoir entrer le plus de monde possible. Sans oublier la chaîne hifi vieille d’au moins dix ans, posée juste à l’entrée, que Jules n’avait jamais vu fonctionner. Les téléphones portables avaient, aujourd’hui, plus de succès. Jules connaissait cette cave par cœur et elle avait pourtant, soudainement l’air différent. Elle ne voyait plus aussi claire à présent. La cocaïne était en train d’atteindre son système nerveux, brouillant légèrement sa vision et accélérant les battements de son cœur. Elle avait très chaud tout d’un coup. Elle a tiré doucement sur la fermeture de son sweet à capuche alors que son autre main venait s’appuyer contre son front, comme pour que cette brûlure qui s’emparait de son crâne cesse.  

Voilà, l’effet finalement douloureux des premières secondes s’était apaisé, laissant alors place à un sentiment de plénitude et de « toute puissance » très agréable. Un tonnerre d’applaudissement retentit dans la pièce. Jules a regardé, tour à tour, les trois hommes qui se trouvaient avec elle. Mise à part Issac qui était quand même très beau, avec cette gueule d’ange qui cachait un véritable démon ;  les deux autres ressemblaient à deux drogués complètement azimutés. Elle n’était pas tellement mieux à vrai dire. Depuis trois mois, elle vivait dans un hôpital chargé de la guérir de son addiction. Jules avait plutôt l’impression d’être dans une prison. Elle avait presque arrêté de manger en même temps qu’elle avait cessé de prendre de la cocaïne. Elle avait toujours été une belle fille. Enfant, on faisait souvent référence à ses petites joues bien potelées et rosées, qui lui donnait un air radieux et joyeux ; aujourd’hui, ses joues étaient creusées et grises. La maigreur de son corps empirait de jour en jour. C’est lorsqu’elle était nue qu’elle s’en rendait le plus compte. Ses côtés semblaient vouloir sortir par-dessus sa peau. Elle ne s’était jamais trouvée aussi laide mais ça n’avait aucune importance. Non. Ce qui était réellement important en ce moment, c’était de sortir de cet hôpital. Peu importe le moyen qu’elle devrait trouver pour cela. Elle le savait. Elle aurait bientôt dix huit ans et elle finirait par sortir. Elle pourrait alors retrouver son frère jumeau et sa petite soeur placée dans un foyer depuis que leur mère était décédée. Des adultes avaient jugé que leur père n'était pas apte à s'occuper d'eux. Une chance. Bien que le foyer n'en soit jamais un. Elle avait été séparé de sa petite soeur. Heureusement, dans ce foyer, il y avait son jumeau. Celui qui l'avait toujours rendue plus forte. Il n'était plus auprès d'elle depuis qu'elle était dans son hôpital et bien qu'elle avait eu une journée de sortie, ce n'était pas à son frère ou encore à sa petite soeur qu'elle avait pensé. Non, seulement à retrouver Issac qui pourrait lui donner ce qu'elle avait toujours tant aimé. Plus que tout le reste finalement.

Chapitre 2 : Adieu.

Depuis près de deux ans, elle était sortie de cet hôpital qu'elle haïssait tant. Ce séjour dans ce qu'elle appelait sa "prison" ne lui avait strictement servie à rien. Elle n'était pas guérit du tout. A peine avait elle mit les pieds dehors qu'elle était partie retrouvée ses anciennes fréquentations. Elle était en manque. Il lui fallait une dose et très vite. Elle l'avait trouvé. Elle connaissait très bien les endroits où se fournir ce genre de choses. Pourquoi était elle devenue comme ça ? Certes, elle avait perdue sa mère et son père était un connard d'alcoolique mais alors ?! Sam, son frère jumeau n'était pas devenue un junkie pour autant. Il était même plutôt devenue quelqu'un de bien. A à peine vingt ans, la vie lui souriait. Il allait bientôt pouvoir récupérer la garde de sa petite soeur et son boulot de cuisinier le payait plutôt bien. Emma, quant à elle, elle était toujours dans un foyer. Elle travaillait bien au lycée et attendait simplement que son frère l'a récupère ou que sa majorité arrive enfin. Finalement, Jules devait être la plus faible de tous. Elle avait échoué. Sa vie était de la merde. Un genre de cauchemar duquel on ne peut pas sortir. Cette nuit là, elle avait demandé à son frère de l'accompagner en boite. Ils avaient toujours été très proches malgré leurs différences et Sam ne l'avait jamais abandonné. Pas même quand tout le monde lui répétait de se tenir éloigner de sa soeur, que cela le conduirait à sa propre perte. Ils n'avaient pas tord les autres. Pourtant, Sam il n'a pas écouté. Il est sortit avec Jules ce soir là. Peut être que dans le fond, il espérait seulement qu'un jour les choses rentreraient dans l'ordre. Que plus, il prendrait soin de sa soeur, plus elle finirait par arrêter totalement la drogue. C'était une illusion. Il essayait seulement de croire aux miracles. Lorsqu'ils sont partis de cette boite de nuit ce soir là, c'est Jules qui a conduit. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elle n'a pas voulu lui laisser le volant. Elle disait qu'elle se sentait bien. Il aurait dû l'empêcher, la retenir. Il aurait du lui prendre les clés de force mais il n'a rien fait de tout ça. Il est juste monté à côté d'elle, côté passager. Une perte de contrôle du véhicule et un drame. Un accident. Grave disaient les pompiers sur leur radio. Deux blessés graves. En réalité, seul pour Sam c'était grave. Il est mort ce soir là. Dans cette voiture, au milieu de cette rue déserte de la ville. Il n'a pas eu la force de tenir le coup jusqu'à son arrivée à l'hôpital. Quel con ! Ou plutôt quelle conne ! C'est sa faute. Elle le sait. Tout ce qui a suivit après ça, ce n'était rien à côté de ce qu'elle ressentait et de ce qu'elle ressentirait pour le reste de sa vie. Elle était morte, à l'intérieur. C'était peut être pire finalement. Sam était son double. Cette moitié d'elle-même. Celui qui l'empêchait de sombrer totalement. Il n'était plus là. Il ne le serait plus jamais et c'était sa faute.

"Jules vous m'écoutez ?" Non, elle n'écoutait pas. Elle n'était même pas sûre d'avoir écouter pendant ces cinq heures de procès. Son avocate avait tenté de la défendre mais en vain. Jules, elle même c'était condamnée, à une peine bien plus lourde que celle qu'elle allait avoir maintenant. Elle fit un signe de tête positive afin que son avocate puisse poursuivre. "Dix ans ce n'est pas trop mal. Cela veut dire que vous pouvez être sortit dans six ou sept ans." Et alors ?! Cela ne lui ramènerait pas Sam. Elle s'en fichait d'aller en prison. Cela ne lui faisait pas peur. Elle n'avait peur de personne d'ailleurs. Son père lui avait prit bien vite à se blinder contre les personnes violentes. La prison allait être un jeu d'enfant. Elle avait déjà passé plusieurs mois dans ce qu'elle appelait sa "prison" mais au moins, dans celle-ci, elle pourrait plus facilement trouver de la cocaïne. Oui, c'était la seule chose qu'elle voulait pour l'instant. La drogue avait tué son frère et elle voulait maintenant qu'elle la tue. Le plus vite possible. "Voulez vous faire appel de cette décision ?" Jules laissa échapper un léger rire plein d'ironie. Non c'était inutile. Elle avait perdu son frère. On ne pouvait pas faire appel de cela et c'était tout ce qui comptait. Ou presque tout..." Je pourrais voir Emma avant ?" L'avocate fit une légère grimace. "Je suis désolée, elle refuse de vous voir." Sa soeur ne voulait plus la voir. Ce n'était pas étonnant. Elle devait la haïr. Jules le méritait. C'était sa condamnation. Sa plus grande peine à présent. Elle avait perdue son frère jumeau et sa soeur la haïssait. Heureusement que sa mère était déjà morte ou elle l'aurait sans doute détester elle aussi. "On y va je suis prête" avait elle dit en ce mettant debout d'un bond. Il ne servait plus à rien de rester ici. Sa vie s'arrêtait maintenant. Vingt ans. Elle ressortirait à trente ans sauf si elle mourrait avant. C'était un bon deal. Là bas, elle le savait de la cocaïne, elle pourrait en avoir à foison.

Chapitre 3 : Infirmerie.

La prison n'était pas aussi simple que ce qu'elle croyait. Les débuts avaient été compliqués et quand elle ne se retrouvait pas à l'infirmerie à cause de la cocaïne pourrie qu'on lui refilait ici, c'était à cause d'une détenue qui lui avait péter la gueule. C'était devenue son quotidien mais les choses s'étaient améliorées en presque six ans. Dans l'ensemble, elle se tenait à carreaux. Dans ce genre d'endroit, il ne faut pas faire de vagues, elle l'avait comprit assez vite mais elle ne se laissait pas faire. Aucune fille ne l'avait touché sans son consentement par exemple. Elle rencontrait souvent des problèmes et elle avait apprit à les gérer. Il lui restait quatre ans et elle comptait bien ne rien changer à sa vie. La prison ce n'était pas si mal finalement. Là bas, étrangement, elle se sentait en sécurité. C'était le monde de dehors qui lui faisait peur. Elle avait peur de revoir sa soeur, peur de devoir reprendre une vie normale. Elle était mieux à l'intérieur. Elle connaissait les codes et les règles, elle était respectée, elle savait ce qui l'attendait. Certainement pas dehors. Elle pénétra dans l'infirmerie ou plutôt on la força à y pénétrer. Les matons sont loin d'être doux et tendres. "Elle est défoncée, je le vois à sa gueule ! Elle passe la nuit ici, je voudrais pas la retrouver morte à cause d'une overdose." Jules laissa échapper un rire plein d'ironie. Oui, elle se fichait éperdument de ce qu'il pouvait dire. Elle le détestait. Comme tous les matons de cette prison. Une fois à l'intérieur, son regard se posa sur l'infirmière de la prison et un large sourire apparût sur son visage. C'était un sourire légèrement provocateur et charmeur. Elle était douée pour cela. Elle l'avait toujours été. Dans cette prison, elle n'avait pas eu la moindre difficulté à mettre des filles dans son lit. Enfin façon de parler. Elle plaisait et une chance dans une prison de femme quand on est lesbienne c'est que même les hétéros résistent difficilement à nos avances. "Salut Doc' !" L'infirmière poussa un long soupire avant de se lever de son tabouret pour s'approcher de Jules et de son collègue, qu'elle prit la peine de remercier avant de le congédier. C'était une nouvelle infirmière, bien plus jeune et plus canon que la précédente. Elle n'était là que depuis quelques mois et elle avait déjà vu plus d'une fois Jules dans son cabinet. Il faut dire que le courant passait plutôt bien entre elles. Peut être un peu trop même. Pour Jules, c'était une évidence, elle était en train de devenir accro à cette fille. Pour la jeune infirmière, c'était un peu différent. La relation qu'elle entretenait avec Jules se devait professionnelle et pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de regarder Jules différemment de ces autres détenues. Ce n'était pas une bonne chose mais c'était ainsi. Plus fort qu'elles deux finalement. "Encore ? Jules merde. Cette merde, elle va finir par te tuer." Jules explosa de rire, baissant légèrement la tête avant de la redresser et de poser son regard bleu dans celui de la jeune femme. "C'est déjà fait !" Jules le savait. L'infirmière voulait seulement l'aider. Elle la regardait différemment des autres. Un peu comme la regardait Sam finalement. L'infirmière fit signe à Jules s'asseoir et commença à l'ausculter. Elle lui retira son débardeur et Jules ne pût s'empêcher de faire un léger clin d'oeil en se mordant la lèvre inférieur. Elle avait toujours été provocatrice et les choses étaient pires depuis qu'elle était ici. "Attention Elena, ça vite devenir chaud à ce rythme là." Elena avait l'habitude de ce genre de remarque. Jules n'était pas la seule à lui faire et pourtant, les autres filles ne la troublaient pas à ce point. Elle se contentait de les remettre à leur place et reprenait son travail. Avec Jules, c'était différent. Car Jules ne la laissait pas indifférente, quoi qu'elle en dise. "C'est Mlle McCalister." Jules se mit de nouveau à rire et se pencha vers l'infirmière qui la regardait droit dans les yeux. "Un jour ou l'autre, je te ferais craquer, Mlle McCalister." Elle avait dit ça sur un ton calme et charmeur. Peut être trop finalement.

"Elena, il y a une urgence." Jules était allongée, en sang, dans les bras de ce maton qu'elle détestait tant. Elle essayait tant bien que mal de continuer de respirer alors qu'elle était couverte de bleus et de blessures. Elle avait été sauvagement battue. Les risques du métier dans une prison comme celle-ci. C'était une vulgaire histoire de drogue. Elle était presque défiguré maintenant. Elena s'occupa rapidement d'elle avec l'aide des matons. Le reste, elle ne s'en souvient plus. Elle s'est simplement endormie. Quand elle s'est réveillée, Elena était toujours là, le regard rivé sur elle. Jules lui adressa un sourire bien que son visage était douloureux pour qu'il soit aussi large qu'elle l'aurait voulu. "Pas de panique Doc', je suis en vie." Elena ne prit même pas la peine de sourire ou de lui répondre. Elle s'approcha d'elle et vérifia ses constantes sans dire le moindre mot. Jules attrapa la main de l'infirmière qui s'apprêtait à toucher son ventre couvert d’hématomes et reprit la parole. "Elena ce n'est rien d'accord ?!" Elena s'arrêta et regarda à son tour la jeune femme dans les yeux. "Tu aurais pu te faire tuer Jules putain ! Arrête la drogue okay ? Tu as que des emmerdes avec ça. Ca ne t'a pas suffit de tuer..." Elena baissa rapidement la tête en se mordant la lèvre inférieur. Elle était désolée, elle n'avait pas voulu dire ça. Jules crispa doucement son visage, avant de se redresser légèrement. "Vas y je t'en pris, finis ta phrase." Elena regarda de nouveau Jules alors qu'un léger soupir s'échappait de ses lèvres. "Je ne voulais pas...Excuse moi." Jules baissa la tête à son tour. Elena n'avait pas tord. Il fallait qu'elle arrête la drogue mais elle en était totalement incapable. Du moins, c'est ce dont elle était persuadée. Ici, elle n'en avait pas autant qu'elle voulait mais en sortant, si jamais elle sortait un jour, elle aurait de nouveau accès à cette poudre blanche qui lui gâchait la vie depuis des années. Elena ne rajouta rien et se contenta de continuer d'examiner sa patiente. "C'était le pire jour de ma vie, tu sais..." Elena continuait de travailler mais Jules le savait, elle était attentive. "Et le pire c'est que, j'ai une petite soeur. Ce n'est pas écrit ça dans mon dossier si ?" Elena se contenta de regarder Jules et de faire un signe négatif de la tête pour qu'elle poursuivre. "Elle me déteste. Je comprends, je me détesterai moi aussi. Et c'est horrible de dire ça mais j'ai besoin d'elle...Je crois que c'est la seule personne capable de me sauver maintenant qu'il n'est plus là..." Elena cessa immédiatement son travail et poussa légèrement une mèche des cheveux de Jules qui était tombée devant son visage. Jules se redressa légèrement et dans un geste à la fois brusque et tendre, elle posa ses lèvres sur celle de la jeune infirmière. "Je ne...On n'a pas le droit." C'était la seule chose qu'Elena trouva à dire quand ce baiser si passionné prit fin. C'était trop tard malheureusement et ça, autant Jules, qu'Elena le savait.  

Chapitre 4 : Jalousie & guérison.

Elena avait été comme un miracle. Celui auquel Jules n'avait pourtant jamais cru. Elle était comme Sam et pour la première fois, quelqu'un lui donnait réellement envie de se battre. Envie de guérir. Elena avait proposé au directeur de la prison et à Jules de suivre un programme de désintoxication. Elle prenait un traitement de substitution et devait rencontrer un psychiatre régulièrement. Les choses fonctionnaient plutôt bien même si les rechutes restaient nombreuses. Et surtout, il y avait une chose encore mieux que ce programme. Elena. Ou plutôt les sentiments qui naissaient entre les deux jeunes femmes. C'était un jeu dangereux et pourtant terriblement délicieux. Aucune des deux, n'était capable de mettre un terme à cette relation naissante. Elena essayait. Régulièrement. Elle le savait, elle n'avait pas le droit. Elle risquait son boulot. Et puis, elle avait une vie à l'extérieur, elle n'avait pas à se compliquer la tâche avec une fille comme Jules. Pourtant, Jules avait touché son corps, plusieurs fois, sans qu'elle ne soit capable d'y mettre un terme. Pire encore, Jules avait touché son coeur et cela semblait réciproque à en juger l'effet positif que cela procurait sur la désintox de Jules. Elles avaient couché plusieurs fois ensembles dans cette infirmerie. C'était devenue le lieu qui abritait leur secret. Pourtant, plusieurs fois, Elena tentait de tout arrêter. C'était le cas depuis quelques semaines maintenant. Elle se montrait distante et froide et résultat, Jules était en train de replonger. C'était ça Jules, elle était totalement incapable de guérir seule. Elle avait besoin d'aide. Elle avait besoin d'Elena. L'ignorance dont Elena faisait preuve à son égard depuis quelques semaines, rendait Jules totalement folle. Elle s'était réfugiée dans les bras d'une autre détenue qu'elle avait mit dans ses bras en quelques heures à peine mais ce n'était pas suffisant. Résultat, la cocaïne reprenait doucement de la place dans sa vie. Elle était en train d'embrasser une détenue quand un maton les sépara. On ne fait pas ce genre de chose dans un réfectoire. Pourtant, le moment était extrêmement bien choisit. Elena venait de pénétrer dans la cantine pour donner les médicaments de celles qui en avaient besoin en permanence. Jules regarda Elena dans les yeux avant de lui adresser un sourire qui se voulait provocateur pendant qu'elle caressait toujours les cheveux de la jeune femme qu'elle venait d'embrasser. Elena n'a pas sourit. Elle s'est contenté de s'approcher d'un maton et de quitter la pièce. "Obkins, à l'infirmerie immédiatement. Mlle McCalister a besoin de te voir." Jules ne pu s'empêcher de sourire, baissant légèrement la tête pour éviter que cela soit visible aux yeux de tous. Quand elle pénétra enfin dans l'infirmerie et que le maton fût à son tour dehors, elle ne pu s'empêcher de sourire à pleine bouche cette fois. "Un problème ?" C'était plein d'ironie et de confiance. Jules le savait, Elena ne l'avait fait venir que parce qu'elle était jalouse. Elena se tourna vers elle. Elle faisait sûre d'elle. Elle avait toujours dégagée cela. Une chose qu'elle avait en commun avec Jules. Elles étaient toutes les deux bourrées d'orgueil. "Non. Je voulais juste te donner ton traitement de substitution." Jules explosa de rire. "Et tu ne pouvais bien sûr pas le faire à la cantine comme avec les autres filles." Elena se contenta d'approcher de Jules et de lui tendre son médicament avec un verre d'eau. Elle ne répondit rien, bien entendu. Jules attrapa le verre d'eau en levant les yeux au ciel avant de prendre son traitement. "Je te rappelle que ce n'est pas bon d'en prendre avec de la cocaïne." Jules poussa un long soupir. "Ca va je sais. Bon c'est fini ? Je peux y aller ?" Jules fit demi tour mais avant qu'elle n'eut le temps de quitter la pièce, la main d'Elena se posa sur son bras, l'obligeant à lui faire face. "Tu couches avec elle ?" Jules dissimula un sourire et se mordit doucement la lèvre intérieur. "Avec qui ?" Elena lui jeta un regard noir, alors qu'une grimace venait de s'emparer de son visage. "Ah parce que tu en embrasses plusieurs c'est ça ?" Cette fois, Jules fût obligée de sourire. Elle posa son regard bleu dans celui de l'infirmière. "Tu es jalouse ?" Elena fit un signe négatif de la tête avant de finalement, baisser les yeux. "Je veux pas...Et merde !" Elle passa sa main dans ses cheveux avant de regarder une nouvelle fois la jeune détenue. "Je déteste ce que tu me fais ressentir..." Jules la regarda longuement. "Moi pas. J'adore" a t-elle dit avant d'embrasser la jeune infirmière.

Chapitre 5 : Libération.

Jules n'avait pas touché à la drogue depuis plusieurs mois. Elle se tenait à carreaux et elle était clean. Certes, les risques de replonger étaient régulièrement présents mais elle réussissait à résister, le mieux possible. Lorsque le manque se faisait sentir, elle se rendait à l'infirmerie. Heureusement, il y avait Elena là bas. Leur relation continuait. Même si elle était étrange et complexe. Elena avait tenté d'y mettre un terme à plusieurs reprises, allant même jusqu'à prétendre qu'elle était en couple à l'extérieur. Cela avait Jules totalement folle. Elle avait replongée. Une terrible erreur qui avait faillit l'emmener jusqu'à l'overdose. C'était il y a plusieurs mois. Depuis, les choses allaient mieux. Elena s'était rétractée. Elle avait eu peur de la perdre sans doute.Et puis, quoi qu'elle pouvait faire ou dire, elle se retrouvait toujours terriblement attirée par Jules. Elle était amoureuse. Une évidence. Jules aussi. Aucun doute possible là dessus. Elle avait retrouvée goût à la vie grâce à Elena et seulement Elena. Leur histoire était tout de même dangereuse. Certains matons commençaient à se douter de quelque chose. Ou du moins, ils avaient des soupçons. Elena vivait un danger tous les jours. Jules, était plus décontractée. Elle ne risquait pas aussi gros qu'Elena. Leur histoire n'avait pas de sens. Jules allait encore restée quelques temps dans cette prison et même si elle sortait, est ce qu'une histoire comme ça serait possible à l'extérieur ? Elles n'étaient pas du même monde, elles étaient bien trop différentes. Jules recommencerait sa vie à zéro alors qu'Elena se contenterai de la poursuivre. Jules était allongée sur son lit quand Elena pénétra dans sa cellule et ferma la porte derrière elle. C'était rare quand elle venait ici. Elle prenait un risque inconsidéré surtout avec certains matons sur leur dos. Jules se redressa soucieuse et fronça les sourcils. Ce n'était pas normal qu'Elena soit ici. "Tu es libre !" Jules ne bougea pas d'un centimètre. Elle ne comprenait pas très bien ce qui se passait. Certes, elle avait fait une demande d'aménagement de peine quelques semaines plus tôt mais son avocate ne lui avait toujours pas donné de réponse. "Tu as entendue ou pas ? T'es libre Jules. Tu vas sortir et tu vas bénéficier d'un programme de réinsertion complet et novateur." Le sourire d'Elena traduisait son contentement. De son côté, Jules ne savait pas trop quoi en penser. Elle passa sa main dans ses cheveux, toujours soucieuse. Elle avait peur de sortir. Pourtant, elle en avait envie mais c'était effrayant. Elle craignait de retomber dans la drogue, elle craignait ne pas pouvoir avec Elena comme aujourd'hui. Elle craignait de ne pas réussir à reprendre une vie normale finalement. Elena fronça les sourcils et s'approcha de Jules. Elle embrassa tendrement son front. "Qu'est ce qui se passe ?" Jules se tourna vers elle et attrapa sa main. "Et toi et moi ? Ca devient quoi maintenant que je vais sortir ?" Elena lui adressa un large sourire avant de venir poser ses lèvres sur les siennes. "Je t'aime." Elle ne l'avait jamais dit. Elle n'avait pas besoin dans le fond. Jules savait ce qu'Elena ressentait pour elle, sinon pourquoi prendre autant de risque. Ce n'était certainement pas pour une histoire de cul. Seulement, c'était toujours bon de l'entendre. Jules le savait, Elena ne se rendait pas compte. En sortant, Jules allait devoir se confronter à une réalité bien plus difficile qu'ici. Le rejet, l'ignorance des gens, le manque de travail, le manque d'argent et surtout l'appel de la cocaïne. Elle risquait de replonger mais Elena ne semblait pas se rendre compte de tout ça. Du moins, pour l'instant.

   
(c) code by kusumitagraph' | lorelei sebasto cha
Revenir en haut Aller en bas


Staff Air
✿ participation au forum : 552
✿ date d'arrivée : 19/02/2015
✿ métier : Elle travail en tant que secrétaire dans l'entreprise de Logan Mc Callister.
✿ situation maritale : célibataire mais c'est un peux le bordel de ce côté là.

MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 17:55

Bonjour, bienvenue à toi par contre Amber vient d'être validée du coup j'ai le triste regret de devoir te demander changer de vava néanmoins si tu as besoin d'aide hésite pas à en demander.


It's taking me over, I don't wanna play this game no more. We could have all night, if you just say the word. Tell me it's alright ©️ signature by anaëlle.
Just give me the greenlight
so tell me right now you want me right now
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:03

Bonjour. Merci.

En effet, c'est dommage :( Je n'ai aucune idée de qui je vais pouvoir prendre car j'admet que je n'imaginais qu'elle dans ce rôle. Je vais devoir réfléchir un long moment je pense. ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:04

Bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas


Staff Air
✿ participation au forum : 552
✿ date d'arrivée : 19/02/2015
✿ métier : Elle travail en tant que secrétaire dans l'entreprise de Logan Mc Callister.
✿ situation maritale : célibataire mais c'est un peux le bordel de ce côté là.

MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:14

attend je t'envoie un mp ma belle.


It's taking me over, I don't wanna play this game no more. We could have all night, if you just say the word. Tell me it's alright ©️ signature by anaëlle.
Just give me the greenlight
so tell me right now you want me right now
Revenir en haut Aller en bas


Staff Terre
✿ participation au forum : 454
✿ date d'arrivée : 10/02/2015
✿ métier : -
✿ situation maritale : -
✿ âge : 31

MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:20

bonjour :)
Si on peut t'aider pour un autre avatar n'hésite pas bien entendu :)




It's in the water baby, it's between you and me
Bite the hand that feeds,Tap the vein that bleeds,
Down on my bended knees
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:29

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:41

J'ai trouvé. Merci à tous.
Revenir en haut Aller en bas


Staff Terre
✿ participation au forum : 454
✿ date d'arrivée : 10/02/2015
✿ métier : -
✿ situation maritale : -
✿ âge : 31

MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:46

super! magnifique choix d'ailleurs!




It's in the water baby, it's between you and me
Bite the hand that feeds,Tap the vein that bleeds,
Down on my bended knees
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 18:48

Excellent choix
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 20:39

Bienvenue!! moi j'adore le choix du prénom qui est juste
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   Lun 6 Avr - 22:12



Super, un nouvel habitant!
Tu es a présent validé, tu peux jouer avec nous


Bienvenue ✿ Le petit mot de l'admin qui valide
Je suis amoureuse Ta fiche est juste sublime ! Ton style est très agréable et la répartie de ton perso j'adore ! So un lien sera obligatoire ! Sur ceux bon jeu en espérant qu'on trouve quelque chose de bien !

Non, non tu ne rêves pas! Tu as bel et bien été validé par un des membres de notre staff. Tout d'abord félicitations!

Tout d'abord ✿ Les formalités un peu barbantes
Et oui, voilà tu es validé, un membre du staff a lu ta fiche et a décidé de te laisser emménager à Wicklow. C'est génial, pas vrai? La première étape obligatoire à faire est tout d'abord de recenser ton avatar pour cela il va falloir que tu te rendes par ici. Et ensuite n'oublie pas non plus de recenser ton logement par ici afin de ne pas être SDF ainsi que ton métier par là pour gagner ta vie bien sûr. Si tu as besoin de préciser une absence quand que ça soit et pour la durée que ça soit, c'est par ici ça serait idiot de se faire supprimer alors qu'on est juste malade ou en vacances!

Ensuite ✿ Passons aux choses plus intéressantes
N'oublie pas que nous aimerions en savoir plus sur toi. Certes ta fiche est superbe mais n'oublie pas de t'occuper de tes liens dans cette section et tu peux aussi demander des topics dans ce sujet ci. N'oublie pas qu'il est toujours utile de préciser ce genre de choses, notamment les liens, tu aimes savoir qui est ami avec qui? L'inverse est aussi vrai! Ensuite tu as le droit de créer des scénarios (max 5/perso) en lien avec ton personnage, c'est utile pour développer ton personnage donc n'hésite pas à le faire par là. Tu peux aussi à présent venir te manifester dans la partie flood que ça soit pour juste parler ou encore jouer ou même parler de série, film, jeux vidéos ... . N'hésite pas non plus à nous montrer ton talent si tu n'es pas trop timide!

Pour finir ✿ La raison de votre présence sur le forum
Mais surtout, tu peux bien entendu débuter le rp, d'ailleurs à cet effet si tu n'as pas de codage sous la main ou que tu veux que le code de tes rp change selon les designs du forum, nous avons créé un modèle de présentation de rp que tu trouveras ici, ce dernier n'est pas obligatoire du tout, utilisez ce que vous voulez tant que la page n'est pas déformée.


Hé bien voila, je crois ... oui je crois bien qu'on a tout passé en revue. Il ne nous reste plus qu'à vous dire une seule chose : BON JEU. Si vous avez besoin de quoi que ce soit n'hésitez surtout pas à contacter un membre de l'administration qui vous répondra le plus rapidement et précisément possible.

(c) code by kusumitagraph' | lorelei sebasto cha
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On a tous droit à une seconde chance. {Jules}   

Revenir en haut Aller en bas
 
On a tous droit à une seconde chance. {Jules}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 100 meilleurs jeux de tous les temps !
» [Aide] Débloquer tous les bâtiments .
» Tous les donjons solotables par un panda
» [Jsépu] Chiousei - Démoniste destruction, seconde spé démono
» Seconde vague skaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What goes around ... comes around :: Qui Es Tu ? :: Le registre des personnages :: Bienvenue à Wicklow-
Sauter vers: