AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mes amis, mes amours, mes emmerdes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité



MessageSujet: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Mar 7 Avr - 17:32

Caractère :

Lili, elle est pleine de qualités, autant que de défaut : c’est un paradoxe à elle-seule. Par exemple, elle peut être très douce, à l’écoute, souriante, bienveillante. Elle peut même allée jusqu’à l’empathie et la douceur dans ses mots. Mais si quelque chose ne lui plait pas, elle peut vite devenir nerveuse, impatiente, têtue, ou encore impulsive : elle peut devenir peste, caustique et elle est incroyablement rancunière. Lili, elle a un caractère de merde, un caractère pas facile à vivre : elle est fragile, passionnée, incroyablement intelligente. C’est une rêveuse dans l’âme, avec l’âme délicate. Mais elle reste quand même têtue et obstinée, jalouse et même possessive à s’en rendre malade. Lili, elle est bizarre. Mais on arrive quand même à l’aimer, je vous assure.

Histoire :

ENFANCE

Ma famille pourrait paraître parfaite : ma mère institutrice, mon père chercheur scientifique, avec deux beaux enfants, des sourires sur les visages ; des voisins qui aiment cette famille en apparence soudée, des écoles qui s’arrachent les bouilles d’anges des gamins … Mais il n’en est rien. C’est à partir du moment où on se rend compte que l’apparence nous définis que j’ai compris que l’on ne connaissait rien des uns aux autres. Et c’était tant mieux : car je pense que s’ils poussaient la porte de la maison, ils en seraient choqués. Mon père boit beaucoup, depuis ma naissance : peut-être qu’il n’a pas apprécié l’arrivée de la petite fille aux cheveux d’anges, et ainsi le fait que sa femme ne lui accorde que peu d’importance désormais. Certes, il y avait Caleb, mon frère, né bien avant moi, mais une petite fille accaparait tout le temps ma mère qui ne s’occupait désormais que de ses deux bébés. Alors il a commencé à boire, à gueuler un peu trop. Quand j’ai eu deux ans, il m’a dit que j’étais son fardeau, que c’était de ma faute : et je crois que je suis incapable de pardonner à ma mère de nous avoir laissé entre ses mains. Parce que papa, un soir, a dérapé : il a frappé ma mère. Caleb l’a défendu, il a fini par terre. Et ne restait que son fardeau debout : et je n’oublierai jamais ses yeux. « Tu vas finir à terre, toi aussi. » Et j’ai compris que plus rien ne serait pareil : j’avais 5 ans, et il m’a volé mon innocence. Maman aurait pu comprendre qu’il fallait partir, mais tu parles : elle l’aimait bien trop, était trop attachée à ses désolé pour partir. A moins qu’elle ne soit masochiste : je ne comprends toujours pas ce lien tordu entre mes parents qui font qu’aujourd’hui, ils sont encore ensemble. Mais n’allons pas trop vite, je me suis arrêtée à mes 5 ans. Plus rien n’a jamais été comme avant : Caleb était tout le temps énervé, maman pleurait tous les soirs, et dès que papa arrivait, c’était la guerre à la maison. Je ne pouvais rester cacher très longtemps : ses pas résonnaient dans ma tête, et dès qu’il fermait la porte de ma chambre, je savais que ça ne pouvait être que la fin de mon enfance. C’est ainsi que je suis passée du stade de simple enfant, à adolescent.


ADOLESCENCE

Je ne peux pas dire que mon enfance ait joué en faveur de mon adolescence : j’ai grandi aussi briser que par le passé. Je traînais derrière moi des bagages tellement impressionnant que j’en courbais le dos : je crois que personne ne baissais autant la tête que moi. Caleb, il était le plus magnifique des grands frères : « Relève la tête, ne le laisse pas nous détruire. » Et son sourire ne pouvait que me faire remonter les épaules. Caleb, il est devenu en colère contre mes parents, tellement que maintenant, c’était lui qui frappait mon père quand il s’approchait un peu trop de moi. Il n’hésitait pas à hurler sur ma mère, à lui dire que c’était de sa faute mon état : j’ai passé une bonne partie de ma vie à ne murmurer que des mots, sans faire de phrases. Et j’aurais sûrement du partir, m’en aller : mais pour aller où ? Je n’avais nulle part où aller : et Caleb était la seule personne que je connaissais. Mais bientôt il a grandi, il a eu envie de partir de la maison : « Viens avec moi, je te protègerai. » Mais je ne pouvais pas. Alors il est parti seul. Sans jamais vraiment m’oublier. Mais l’enfer ne faisait que perdurer : tu parles, quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Et la mère regarde sans rien dire. Je crois que j’ai mis quelques années avant de répliquer… Oui c’est ça : j’avais 18 ans, et je lui ai fracassé la lampe sur le crâne en hurlant. La police a débarqué. Mon père s’est fait placé en cellule de dégrisement, mais n’a écopé de rien du tout grâce à ses relations. Connard. Et maman qui me suppliait de ne rien dire, qu’elle perdrait son emploi, l’amour de sa vie, et sa vie bien rangée. Je crois que je suis un peu trop gentille : mais elle reste ma mère. Alors je n’ai rien dit. Je n’ai pas porté plainte. Mais s’est achevée ma vie d’adolescente seulement deux ans plus tard : j’ai eu 20 ans, un diplôme en poche, une place d’éditrice. « Tu restes ici. Tu es à moi. » Des murmures au creux de l’oreille, un frisson de peur : mon père avait emprise sur moi, je ne pouvais pas lui échapper. Et certainement pas prévenir Caleb.


VIE ACTUELLE

Papa a pouvoir sur ma vie : aujourd’hui, si je ne pars pas de chez moi, c’est simplement pour ne pas perdre la seule chance de pouvoir m’en aller. Mon géniteur a des relations au niveau de l’entreprise qui m’emploie : autant dire que je pourrais perdre mon emploi, et le seul revenu d’argent que j’ai. Alors je suis toujours chez moi. Au creux de toute cette merde. Je suis toujours chez moi, et s’en est tellement écœurant que je cumule deux activités : éditrice le jour, soutient de moral la nuit. Je dirige un groupe de soutien aux personnes en détresse, vous voyez le genre ? Les psychiatres diraient que j’essaie de masquer ma détresse en aidant les autres : et moi je les emmerdes les psychiatres alors comme ça. Caleb, je le vois de temps en temps, mais j’évite le plus possible : trop observateur, il remarquerait les bleus, mes joues creusées, mes yeux cernés, et j’ai tout sauf envie de le mettre dans la merde. Parce qu’il a sa vie maintenant, et qu’il doit sûrement être heureux là où il vit. Il a sûrement trouvé un emploi, une petite amie. Il s’apprête peut-être à avoir sa propre famille : alors pourquoi l’emmerder, moi, sa petite sœur, dans des histoires qui finiront par cesser ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Mar 7 Avr - 17:32

Les filles

Abigaëlle : relation négative, future belle-sœur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Mar 7 Avr - 17:33

Les garçons

Travis, futur petit-ami.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Dim 12 Avr - 12:12

Fiche mise à jour le 12.04
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Ven 17 Avr - 15:27

Emilia Clarke omg je veux un lien
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Sam 18 Avr - 20:29

Avec plaisir, une idée ? :)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Mar 21 Avr - 22:24

Moi j'aimerais bien un truc amical proche, après sachant que ça fait pas super longtemps que je suis ici va falloir trouver pourquoi on serait proches rapidement...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   Jeu 23 Avr - 12:42

Alors j'ai deux solutions :
- Sois tu fais partis de mon groupe de soutient, et donc on se serait connu comme ça. (C'est pour les gens qui ne sont pas bien psychologiquement, ça apporte une aide)
- Sois j'ai faillis me noyer. Mdr
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mes amis, mes amours, mes emmerdes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes amis, mes amours, mes emmerdes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Will - mes amis, mes amours, mes emmerdes
» Mes amis, mes amours, mes emmerdes
» Mes amis, mes amours... et le reste [Senjougahara]
» Profil - Rubrique Amis
» [AION]Réactivation des comptes amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What goes around ... comes around :: Qui Es Tu ? :: Gestion de son personnage :: Rubrique Liens-
Sauter vers: